Écrivez un nouveau message.

 
 
 
 
 
Nom et e-mail non obligatoire.
Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.
Nous nous réservons le droit de supprimer, ou de ne pas publier les messages selon les règles établies dans l’onglet conditions d’utilisation.
291 messages.
Mich a écrit le 21 mars 2019 à 19 h 42 min:
arreter avec les CDD dans la fonction publique ou dans le privée et les mettre en CDI Faire partir les personnes a 61 ans , pour que les jeunes puissent rentrer dans la vie active
Mich a écrit le 21 mars 2019 à 19 h 41 min:
Taxer les ménages plus riches et non Taxer les manages plus riches mais aussi des emplois de la recherche scientifique et non mais aussi des emplois dans ma recherche merci
Mich a écrit le 21 mars 2019 à 19 h 39 min:
- Ne pas toucher à la fonction publique, nous voulons garder nos status et nos avantages - Fermer les frontiéres pour notre sécurité (drogue ...), controle plus accru aux niveaux des frontiéres - Taxer les manages plus riches et laisser les ménages plus pauvres - Ne pas baisser les revenus des retraités - Ne pas taxer les salaires moyens et les plus bas - renforcement de la police mais aussi des emplois dans ma recherche sont indispensables - emplois et renforcement dans les hopitaux car aujourd'hui le personnel hospitalier est fatigué ....
Pierre B a écrit le 15 mars 2019 à 18 h 30 min:
Est-il normal qu'a la fin du grand débat, et alors que beaucoup de personnes étaient contre, l'Etat se fait une joie de vendre les deux principaux aéroports parisiens à des fonds de retraite planqués au îles Tartampion!!!!notre patrimoine, payés par nos impôts, revendus dans trois ans, et qu'il faudra racheter 5 fois plus cher???quand ils seront en faillite
Pierre B Nîmes a écrit le 12 mars 2019 à 18 h 26 min:
Mettre en place un référendum pour toute décision importante. Remettre les 90 km/h sur les routes , avec des limitations décidées par les Préfets. Tenir compte des recommandations de la Cour des Comptes. Bloquer le prix des carburants.
Dominique a écrit le 11 mars 2019 à 20 h 52 min:
INSCRIRE DANS LA CONSTITUTION, L’OBLIGATION D’UN BUDGET PRÉVISIONNEL NATIONAL À L’ÉQUILIBRE. Arrêter de construire des budgets déficitaires comme on le fait depuis plusieurs décennies sans se soucier du lendemain et des générations futures. Cela passe par une recherche de recettes efficientes, factuelles et supportables par le citoyen, en dehors de toute idéologie. La recherche d’efficience des recettes ne doit jamais oublier le dicton « trop d’impôt tue l’impôt ». Cela passe aussi et surtout aujourd’hui, par des économies sur les dépenses. Chaque année la COUR DES COMPTES relève des anomalies et souligne la présence de dépenses anormales et des axes de progrès à mettre en œuvre, TOUT CELA DANS L’INDIFFERENCE LA PLUS TOTALE. Donner plus de pouvoir à cette institution dans la mise en œuvre de ses préconisations et de ses contrôles relève d’un bon sens évident. Définir les correctifs et ceux qui sont en charge de les mettre en œuvre afin de vérifier que les objectifs soient atteints et dans la négative pénaliser les responsables de ces défaillances. « En même temps » il est grand temps de réorganiser le travail de la fonction publique dans certains secteurs; l’arrivée du numérique associé à de la formation des agents, devrait être une opportunité. Dans cette « réorganisation » on s’apercevra très certainement qu’il existe des strates insuffisamment productives ou obsolètes et peut être même des strates administratives antinomiques entres elles. POLITIQUE D’IMMIGRATION Par son taux de chômage élevé, la France a peu de travail à distribuer. Par son déficit chronique, environ 60 et 100 Milliards d’€uros chaque année la France n’a pas suffisamment de finance. De ces deux constats pas de travail et pas de finance, il est irresponsable d’accueillir sans rigueur de nouveaux entrants sur le territoire national. Faire du social quand on n’a pas de travail à distribuer, avec de l’argent qu’on n’a pas et qu’on emprunte sur la tête des futures générations n’est pas digne d’un responsable national dont la mission de chef, est de rechercher l’intérêt du bien commun. Par ailleurs on peut considérer que faire du social en empruntant, est à la portée de n’importe quel pays du monde, y compris du pays d’origine du migrant. La politique d’immigration devrait se nourrir chaque année, du bilan concernant le budget et de la capacité à former et fournir du travail. L’objectif à réussir étant que cette modulation annuelle permette au migrant retenu, de s’insérer réellement dans la vie de la nation, en respectant les règles républicaines de notre constitution, comme l’ont fait des milliers de générations dans le passé. SCINDER LA POLITIQUE FAMILIALE, D’UNE POLITIQUE SOCIALE Face à un constat de baisse de la démographie il est urgentissime d’isoler la politique familiale des autres aides sociales. La politique familiale doit être indépendante de critères sociaux utilisés pour des aides sociales. Elle est spécifique à la famille sur des critères indépendants du niveau social qui relèvent d’une autre approche. Construite autour de l’enfant depuis sa naissance jusqu’à sa rentré dans la vie active ( future ressource de la nation) en passant par sa formation, la politique familiale ne doit pas être confondue avec les autres aides tout aussi légitimes qui concernent le social. ORGANISER LA VIE RURALE Le monde de la ruralité est de plus en plus isolé Les besoins se situent particulièrement autour de la gestion du quotidien, de la santé avec un besoin de proximité avec les autres. Il faut favoriser les acteurs susceptibles de répondre à ces différentes attentes par des mesures attractives et notamment financières (exonération de charges, abattement fiscaux etc.) Le niveau municipal doit rester un point de convergence et de contact Des outils de communication efficaces (internet , téléphonie GSM...) sont à mettre en œuvre en priorité ou à améliorer pour faciliter les liens avec les autres. ( négocier avec les opérateurs téléphoniques pour les obliger à mettre en œuvre des secteurs peu rentables) Des services locaux visant à gommer la distance sont à organiser (portage de médicaments, de repas, de courses ménagères...,) des liens sociaux sont à favoriser par des exonérations financières (garderies, associations culturelles, sportives...., ) La ruralite ne génère pas les produits financiers de la ville. Elle doit être épargnée et aidée pour pouvoir survivre en attendant des jours meilleurs LE STATUT DE L’ÉLU Hors des caractéristique de la 5ème république concernant les élections, force est de constater qu’une proportion importante de nos élus appartient à la fonction publique. Cette représentation est en décalage important avec la représentation de la population française. Un élu issu de la fonction publique retrouve systématiquement son poste professionnel à la fin de son mandat, ce qui n’est pas le cas pour un élu issu du privé. Pour qu’il y ait équité et aussi représentativité de la population, la règle devrait être la même qu’elle que soit l’origine, public ou privé. Il semble difficile de trouver au sein du privé, la même règle offerte par le public. Il faudrait donc prévoir l’inverse. Cela se pratique dans d’autres démocraties. En conséquence certains se précipiteraient moins vite dans la vie politique à la sortie de leurs études (et parfois peut être aussi à la place de leurs études) En corollaire, avoir des élus plus âgés et pour certains en fin de carrière, éviterait le carriérisme politique, et apporterait un peu de sagesse et d’expérience tout en améliorant l’équité tant recherchée, dans la représentation de la population nationale.
a écrit le 10 mars 2019 à 21 h 19 min:
Bonsoir, Je suis une maman d'un seul enfant de 10 ans et croyez moi qu'avec un seul enfant je n'ai vraiment droit à rien !!!! Même pas à sa rentrée scolaire en étant au chômage, vu que le papa gagne un peu plus que le smic vu qu'il est en poste et qu'il a 25 ans de boîte !! Donc Egalité faux. Pourtant nous sommes non imposable donc c'est bien que l'argent ne rentre pas!!! -pas le droit non plus à la prime d'activité même quand je travaille en intérim. -Les français sont faignants, mr MACRON venez avec moi seulement 2 jours en agro-alimentaires et on en reparle. -On ne parlera pas du pris de l'essence !!! -Ni des retraites, tous ces gens qui ont travaillés pendant des années. -Et puis toutes ces personnes qui se font gazées même des enfants mais qu'elle honte !! Tellement de choses à revoir dans notre pays qui pour l'instant est une poubelle !! Aidés le peuple français, votre peuple au lieu d'aller voir ailleurs Tous ces gens qui sont dehors, ou qui dorment dans leur voiture en travaillant c'est normal ? -Les gens qui meurent brulés dans leur logement tellement c'est insalubre! Et maintenant, pour couronné le tout avec vos lois les patrons peuvent nous licenciés comme ils veulent, mais après ça on dit que les gilets jaunes exagèrent ! Allez au boulot Mr MACRON, vous avez été élu président (avec si peu de voix), donc redressé cette pauvre FRANCE qui va si mal depuis si longtemps.
a écrit le 9 mars 2019 à 12 h 05 min:
monsieur le président faite baissé les impôts sur le revenu barème 14 des célibataires et personnes seules eux non pas de niches fiscales, ni revenu pour investir.fin de mois très difficile=découvert après avoir tous payer,,,,,,
ED a écrit le 8 mars 2019 à 9 h 50 min:
Sur le plan de la santé: mettre fin aux tarifs non conventionnés et dépassement d'honoraires,contrôler les cartes vitales, passer à la délivrance de médicaments à l'unité pour éviter le gaspillage des emballages et des médicaments périmés en fin de traitement sur le plan gestion de l'Etat: appliquer le non cumul des mandats, supprimer tous les comités, commissions, faire un audit sérieux de la gestion publique par collectivité en s'inspirant du mode de fonctionnement des pays nordiques où les élus sont rémunérés mais n'ont pas d'avantages en nature tels que logement, voiture, transports, repas.retraite, payer les élus en fonction de leur présence aux instances de la République (inadmissible de voir des amphis vides pour le vote des lois..ils doivent donner l'exemple. Revoir notre mille-feuille administratif dévoreur de dépenses publiques et supprimer tous les textes de lois qui ne sont pas appliqués pour rendre le droit plus lisible et plus juste.. sur les retraites je partage les remarques d'Henri du 7 Mars..
henri a écrit le 7 mars 2019 à 17 h 35 min:
j'ai 76 ans et pour la première fois ma retraite a diminué suite à l'augmentation de la CSG. -Arrêtons de matraquer les retraités français. -CSG(2.4%)+CSG déductible(5.9%)=8.3% -CASA 0.3% CRDS 0.5% D'autre part il serait souhaitable de -Diminuer les effectifs des sénateurs, des députés, des conseillers régionaux ,des élus des collectivités locales. -Sanctionner le paiement des députés en fonction de leur présence à l'assemblée nationale. -Arrêter le cumul de leurs mandats et des retraites des dits mandats. -Stopper le versement des retraites à l'étranger sans avoir la preuve que les bénéficiaires sont toujours en vie. -Suppressions des retraites versées aux étrangers qui n'ont jamais travaillé en France et donc cotisé en France. -De durcir la lutte contre l'évasion fiscale. -Rétablir l'ISF. -Supprimer la CSG et la CRDS. -Supprimer pour les réfugiés(sauf cas d'exception particulière)les allocations AME CMU RSI … etc -Mettre en place un référendum citoyen.
CASTETS a écrit le 7 mars 2019 à 16 h 05 min:
Contribution au Grand Débat National : Thème transition écologique Proposition : Eradiquer les situations de mal logement dans les centres anciens RESUME : Le logement est devenu une marchandise, rendue inabordable pour les catégories les plus fragiles économiquement, qui se retrouvent essentiellement dans des situations de logements déclassés (*1) ou mal logement. Et, il faut malheureusement se rendre à l’évidence : en laissant l’initiative d’agir aux seuls propriétaires, les dispositifs publics actuels ne régleront JAMAIS ces situations ! En effet, soit les mesures incitatives sont insuffisantes pour les propriétaires volontaires, soit les actions coercitives vis-à-vis des propriétaires non-volontaires sont longues, peu efficaces et non exhaustives. Afin d’assainir durablement le marché du logement pour ces situations, il faut donc mettre en œuvre un véritable « interventionnisme public » avec pour objectif : 0 logement déclassé à l’échéance de deux mandats locaux (12 ans à partir de 2020). Les pouvoirs publics devront donc conduire, dans les communes concernées, des opérations de recyclage sur des ensembles immobiliers déclassés, en libérant du foncier à faible prix, pour permettre la production de logements contemporains à prix abordables, en location comme en accession. Cette intervention permettra non seulement de mettre fin à des situations criantes, mais aussi permettra de diminuer les charges de chauffage pour les plus modestes, stabilisera les prix de l’immobilier, dopera l’activité économique du secteur du logement et contribuera à la transition énergétique solidaire et durable des territoires concernés. On peut y parvenir très simplement grâce à la clarification des responsabilités publiques et au renforcement de l’intervention publique : - L’intercommunalité (l’EPCI, Etablissement Public de Coopération Intercommunale) doit devenir le seul acteur local chargé de mener les démarches opérationnelles nécessaires et obligé d’atteindre les objectifs de recyclage de logements fixés par la loi. - Extension des moyens coercitifs, à sa disposition, notamment l’expropriation, via la « loi Vivien renforcée ». (*1) définition (utilisée ici pour simplifier) du logement déclassé : - indigne (insalubre, péril et saturnisme), - non décent, au sens des décrets du 30 janvier 2002 et du 9 mars 2017 - énergivore (performance énergétique supérieure à 50 kwh/m²) et chauffage avec énergie non - renouvelable - peu accessible aux handicaps - logements durablement vacants DETAIL DE LA PROPOSITION POURQUOI ? Soumis à un marché libre peu régulé, le logement est devenu une marchandise, rendue inabordable pour les catégories les plus fragiles économiquement. Et, embourbée dans les ambiguïtés de son pilotage (*2), la politique publique du logement est incapable de satisfaire aux besoins de cette partie non négligeable de la population. Des inflexions doivent être mises en œuvre pour corriger de nombreux pans du domaine du logement, mais, pour aller à l’essentiel, la présente contribution se limitera à proposer d’intervenir en priorité sur les situations de logements déclassés dans les centres anciens. Car, c’est dans ces secteurs que les problématiques du mal logement sont les plus criantes et les plus concentrées, et que malgré les nombreux et différents dispositifs financiers publics, on n’arrive pas à y remédier. En effet, soit les mesures incitatives sont insuffisantes pour les propriétaires volontaires, soit les actions coercitives vis-à-vis des propriétaires non-volontaires sont longues, peu efficaces et non exhaustives. Et, il faut malheureusement se rendre à l’évidence : en laissant l’initiative d’agir aux seuls propriétaires, les dispositifs publics actuels ne régleront JAMAIS ces situations de logements déclassés, qui, pire, se maintiennent et prolifèrent, en grande partie grâce à l'aide publique … (*3) CE QU’IL FAUT FAIRE POUR CHANGER ? Il faut donc compléter et renforcer la récente loi ELAN par un geste fort, un « changement de logiciel », afin d’assainir durablement le marché du logement pour ces situations. Il s’agit de mettre en œuvre un véritable « interventionnisme public » avec des objectifs ambitieux, à l’instar de ceux pour les logements sociaux fixés par l’article 55 de la loi solidarité et renouvellement urbains du 13 décembre 2000  : 0 logement déclassé à l’échéance de deux mandats locaux (12 ans à partir de 2020) On peut y parvenir grâce à la clarification des responsabilités publiques et au renforcement de l’intervention publique. Les pouvoirs publics devront donc conduire, dans les communes concernées, des opérations de recyclage sur des ensembles immobiliers déclassés en libérant du foncier à faible prix pour permettre la production de logements contemporains à prix abordables (*4), en location comme en accession QUI ? Avant tout, clarification des responsabilités publiques : - en renforçant l’article 75 de la loi ALUR (*5), l’intercommunalité (l’EPCI, Etablissement Public de Coopération Intercommunale) devient le seul acteur local charger de mener les démarches opérationnelles nécessaires (*6) en mettant en œuvre tous les outils et de tous les moyens pour atteindre les objectifs qui lui sont fixés - l’État, garant de l’intérêt général et de la justice sociale, contrôle les objectifs fixés par la loi et sanctionne s’ils ne sont pas atteints. Il assure les tâches du domaine régalien (conduite des procédures de classement juridique des situations de logements et d’utilité publique) COMMENT ? Grâce au renforcement de l’intervention publique pour recycler les secteurs de logements déclassés, avec extension des dispositifs coercitifs. L’intercommunalité engage d’abord une campagne de repérage exhaustif de toutes ces situations d’ensembles immobiliers déclassés. Cela lui permet ensuite de concevoir un projet global de réhabilitation de ces ensembles. Puis, le projet est mis en œuvre en le négociant avec les propriétaires, avec en cas d’échec, notamment avec les propriétaires indélicats, engagement de l'expropriation grâce à la « loi Vivien renforcée » (*7) Après appropriation des ensembles immobiliers déclassés, et sur la base d’un cahier des charges, l’intercommunalité confie à un aménageur les travaux de construction et/ou de rénovation de logements contemporains et les commercialise, à prix abordables, en location comme en accession. RÉSULTATS ATTENDUS  Développement d'une offre de logement renouvelé en location ou en accession pour les ménages qui souffrent de la situation actuelle, notamment les jeunes, les personnes âgées ou isolées, Stabilisation des prix de l'immobilier et diminution des coûts des charges de chauffage Redynamisation et revitalisation des secteurs d'intervention particulièrement dans les centres anciens dégradés Moralisation et efficacité de l'allocation logement : fin de son utilisation sans  respect de la contrepartie relative au  niveau de service du logement  Grâce aux potentialités d'autofinancement, optimisation et réorientation et basculement des aides publiques et de l'ANAH en particulier pour financer la transition énergétique et de l’accessibilité au handicap des logements déclassés Transition écologique et solidaire du logement et de l'activité bâtiment vers le développement durable Savoir-faire exportable Développement de la consommation de ressources renouvelables locales Fin de la dépendance énergétique Notes (*2) En général, c’est l’État qui est l’acteur public le plus régulièrement interpellé comme responsable politique défaillant, alors qu’il a délégué ses compétences aux collectivités locales. Et ce sont ces dernières qui disposent de tous les outils et de tous les moyens publics pour infléchir efficacement la politique du logement au niveau qui concerne les citoyens. Malheureusement, l’éparpillement de ces compétences entre commune, intercommunalité, conseil départemental et conseil régional affaiblit l’action publique. Par ailleurs, de nombreux autres acteurs opérationnels viennent compléter une mosaïque peu lisible et troubler la compréhension de qui est responsable de quoi … (*3) C’est en effet par exemple le cas des propriétaires bailleurs indélicats ou des marchands de sommeil : ils ajustent, au niveau de l’allocation logement, les loyers des logements déclassés, qu’ils louent à des ménages bénéficiant de cette prestation publique, sans jamais les remettre au niveau décent requis par la réglementation, faute d'intervention suffisante du contrôle public … (*4) Produire des logements à prix abordables avec un autofinancement envisageable sur la base de l'exemple schématique suivant : Achat d’un « plateau de 300 m² » habitables à 500 € le m², après expropriation « loi Vivien », soit 150 000€ A partir du plateau de 300 m², « neutralisation » d’environ 100 m² pour permettre l'adaptation du foncier afin de (re-)créer des logements contemporains : dégagements, aération, indépendance, espaces communs, accessibilité handicap, etc … Travaux de production d’un nouveau plateau de 200 m² à 1500 € le m², soit 300 000€ Total investissement 450 000 €  Commercialisation sur la base de la « règle des trois tiers » - 1 logement HLM  de 60 m² vendu à 2000 € le mètre carré soit 120 000 €  - 1 logement locatif libre 70 m² vendu À 2215 € le mètre carré soit 155 000 € - et 1 logement en accession à 70 m² à 2500 € le mètre carré soit 175 000 € Total recettes : 450 000 € (*5) L’idéal serait que l’État reprenne l’ensemble des prérogatives concernées . Cela garantirait davantage l’efficacité de cette proposition, car les élus de proximité, englués dans la prise en compte d’intérêts locaux peuvent se montrer trop timorés, voire inefficaces (cf le drame récent de la rue d’Aubagne à Marseille). Mais, à moins d’un sursaut sur ce sujet d’intérêt national, il paraît difficile de revenir en arrière aujourd’hui sur 40 années de décentralisation … A défaut, l’article 75 de la loi ALUR doit être renforcé et étendu, en dotant l’intercommunalité, soit l’Etablissement Public de Coopération Intercommunale (EPCI) compétent en matière d’habitat, de la responsabilité de la politique du logement sur la totalité de la chaîne : du foncier à la gestion locative, en passant par la préemption foncière, le portage, les documents d’urbanisme, les actes de construire, l’aménagement, les aides à la pierre, la lutte contre les situations de logement déclassés, les politiques de relogement et de peuplement, l’accompagnement social (*6) les démarches nécessaires : L’intercommunalité conduit ( ingénierie de projet) l’ensemble des actions nécessaires pour réaliser les opérations - Repérage  des situations - Caractérisation par rapport au respect des obligations - Relogement des familles occupantes - Préparation des éléments techniques pour le classement juridique préalable au déclenchement de l'action coercitive et pour la déclaration d'utilité publique - Démarche d'appropriation :  négociation, expropriation  acquisition -Démarche travaux : établissement des cahiers des charges, des appel d'offres pour l'intervention d'un aménageur chargé de la réalisation et de la commercialisation - Responsabilité du peuplement des nouveaux logements avec pour objectifs le maintien des populations fragiles dans leur environnement pour éviter la gentryfication de ces secteurs d’habitat (*7) Rappel de la loi Vivien (du 10 juillet 1970) : au cas où le propriétaire de remet pas à niveau dans un délai prescrit, la puissance publique achète après déclaration d’utilité publique et expropriation éventuelle, le bien immobilier à la valeur du terrain nu déduction faite des coûts de travaux de démolition éventuels et de relogement des occupants La loi actuelle ne couvre que les situations de logements insalubre irrémédiable. Il faut l’étendre et la renforcer aux situations de logement insalubre remédiable, non décent, durablement vacant et énergivore proposition établie le 27 février 2019
FARRET a écrit le 6 mars 2019 à 14 h 09 min:
La gestion dite "en bon père de famille" est une gestion qui veut que l'on ne dépense pas plus que ce que l'on gagne. Dans une entreprise quand le chiffre d'affaire est en baisse, on se pose la question "POURQUOI?", "Est ce que les produits vendus sont trop chers, de mauvaise qualité, mal ciblé". Dans tous les cas le prix de vente des produits n'est pas augmenté. On révise les charges fixes de l'entreprise afin de les diminuer. Que fait l'administration française quand le budget n'est pas boucle, et bien au lieu de s'attaquer aux dépenses, on tente d'augmenter les entrées, et pour cela, comme il y a un monopole des services, on augmente les tarifs via des impôts nouveaux, des taxes, mais s'attaquer aux dépenses, que nenni, il faudrait que les "soit disant élus" commencent par restreindre leur train de vie. Je dis"Soit disant élus" car depuis déjà plusieurs élections le taux d'absentéisme" augmente sans que les politiques se posent la question "POURQUOI?" et surtout la question "que faire pour inverser la tendance". Et bien messieurs les politiques, sachez que pour être respectés, il faut avant toute chose être respectable. Arrêtons de faire de la politique un métier à plein temps. Appliquons à nos structures d'états, les mêmes règles que celles des entreprises performantes. Les structures dirigeantes doivent subir une cure d'amaigrissement (et je ne dis pas d'amincissement, mais AMAIGRISSEMENT), afin de s'adapter aux techniques nouvelles de communication, lors d'une soit disant réforme, affichez clairement les objectifs de la réforme et les ECONOMIES PREVUES ET REALISEES, Faisons passer des fonctionnaires du niveau administratif au niveau opérationnel, les professionnels de la santé, de la sécurité, de l'éducation passent trop de temps à remplir des documents, et enquêtes qui vont finir au fond des placards, et pas assez de temps à faire le métier pour lequel ils ont été formés, Arrêter de faire des lois qui ne servent qu'à avoir le nom d'un homme politique accolé à une loi pour faire croire qu'il a travaillé, mais faites appliquer les lois qui existent déjà. (je rappelle Monsieur POMPIDOU qui a déclaré à un de ses ministres qui n'a jamais travaillé en dehors de la politique:"ARRETEZ d'emmerder les français avec vos lois.....) Ma liste n'est pas fini et il reste encore beaucoup de choses à FAIRE. En fait on peut résumer tout cela en quelques mots: SOYEZ RESPECTABLES, et PENSEZ D'ABORD A LA FRANCE AVANT DE PENSER A VOS INTERETS PERSONNEL. On pourra alors avec toutes les économies réalisées diminuer le nombre de taxes et d'impôts
Nicole a écrit le 6 mars 2019 à 13 h 53 min:
Tenir compte de la pénibilité des tâches à effectuer, de l'âge ainsi que des problèmes de santé des agents dans l'organisation du travail, dans le public comme dans le privé, sous peine de sanctions.
Nicole a écrit le 6 mars 2019 à 13 h 43 min:
Légaliser deux jours de repos hebdomadaires pour TOUS les travailleurs à temps complet, du privé comme du public.
Eric C. a écrit le 4 mars 2019 à 20 h 54 min:
Il faudrait que tout le monde paie l'impôt car tout le monde profite de près ou de loin à la couverture sociale Ceux qui ne contribuent pas à l'effort national à travers l'impôt ne devrait pas bénéficier de la couverture sociale Ces deux réflexions concernent aussi bien les riches que les pauvres Toutes les entreprises devrait payer le même pourcentage d'impôt y compris sur leurs bénéfices à l'étranger Les frais des députés, sénateurs et ministres devraient être publiés mensuellement dans les journaux et les "enveloppes de fonctionnement" devraient disparaitre pour une plus grande transparence de l'utilisation des fonds publics Le calcul de la retraite d'un haut dignitaire de l'Etat (Président, ministre, sénateur ou député...) devrait se faire dans la limite de son mandat Ex : Président de la République pendant 5 ans = 5 ans de revenus qui s'inscrivent dans le cadre des 25 meilleures années d'une carrière professionnelle Abrogation totale de tous les avantages lorsqu'un haut dignitaire de l'Etat quitte ses fonctions (appartement de fonction, chauffeur de voiture...) Pour terminer, la devise de notre patrie est Liberté, EGALITE, FRATERNITE Les deux derniers principes me semblent loin derrière nous...
Chalançon-Claude Véronique a écrit le 4 mars 2019 à 18 h 24 min:
Bonjour, Ce qui me parait le plus insupportable ce sont les fortes disparités de revenus. Je suis favorable à la mise en place d'un Revenu Maximum qui correspondrait à 10 fois le revenu minimum, ce serait déjà beau, et le revenu minimum devrait permettre à une personne de se loger, se nourrir, se chauffer décemment. Mais j'avoue que je ne vois pas comment cela pourrait être mis en place. Ce qui me semble manquer le plus dans les relations dans la cité ce sont la confiance mutuelle et du respect de soi et des autres. Bon courage pour la mise en place de plus d'égalité, de fraternité et de liberté pour tous!
Pierre B Nîmes a écrit le 4 mars 2019 à 17 h 33 min:
Les pensions de retraite indexées sur l'inflation, avec rattrapage sur 5 ans. Réduction de la TVA sur les médicaments non remboursés. Reprise de l'Etat des autoroutes. Développement du transport par rail. Annuler toutes les petites taxes inutiles et trop chères à encaisser. Réduire considérablement le train de vie des anciens ministres, présidents, sénateurs, hauts fonctionnaires; voitures, logements, secrétaires, avantages en nature, etc..Stopper toutes ces conférences, audits, réunions, commissions, qui ne servent qu'a régaler ceux qui les font et ne débouchent sur rien. Supprimer le Conseil Economique et Social qui coûte une fortune pour rien. Réduire considérablement les protocoles à chaque réunion,ou déplacement; voitures, nourritures, personnel, police.Taxer les GAFA, même si d'autres pays ne sont pas d'accord; que chaque pays voit chez lui!!!Payer les employés avant les actionnaires, pour les grosses sociétés, CAC40, par exemple. Créer un niveau plafond afin de taxer fortement les revenus élevés issus des actions. Bloquer les avantages en nature, et salaires énormes des PdG, pas plus que 1/100 du SMIC. Contrôle plus important du flux internet pour ce qui concerne les vols, la drogue, les trafics. Peine plus sévère pour les petits délinquants, mais pas de prison, exemple des pays nordiques. Versement de la totalité des taxes carburant pour l'entretien, la construction,l' amélioration des routes; construire beaucoup plus de déviations pour stopper la traversée de villages.Redonner bien plus de pouvoir aux Maires, qui sont plus près des citoyens. Réunir les moyens des Conseils Généraux, Conseils Régionaux, en leur donnant plus de financement; gérés actuellement par la capitale. Donner plus de moyens aux Hôpitaux, ouvrir les petites cliniques de proximité, réorganiser les urgences en créant des maison de santé en amont; afin de gérer la "bobologie" Il y a trop d'argent dépensé inutilement, c'est facile pour l'Etat; ce n'est pas le sien
Français different a écrit le 4 mars 2019 à 11 h 09 min:
TROP D'ENFUMAGES, de mensonges et de la HAINE! Des délinquants agressent sans pitié mais nos racistes, nos journalistes et nos politiciens préfèrent attaquer les universitaires voilées et un pseudo-voile de décathlon! Des smicars se serrent la ceinture au supermarché mais doivent casser la tirelire pour mettre un plein ou prendre l'autoroute! On stigmatise les français d'origine maghrébine ou noire africaine mais des polonais et autres ressortissants des pays europhobes du pacte de Visegrad débarquent par bus quand ils ne récupèrent pas nos usines, et creer un dumping social irreversible! On nous en fait des tonnes parce que Finkielkraut adepte des discours "négatifs"s envers des minorités s'est fait insulter, mais on laisse des zemmour et autres politiciens d'extrême droite ou de droite extrême vomir leur haine et leur mensonge! C'est bien d'avoir des aides sociales, mais si tout le monde pouvait avoir un salaire digne et s'en passer ça serait mieux! C'est quoi ce truc de service citoyen/militaire unique obligatoire de Jeam Michel Blanquer?! Qu'on s'occupe des délinquants et des cas sociaux, qu'on laisse le choix aux jeunes qui n'ont pas de soucis, travaillent ou étudient. Y'en a marre de ces radars, la limitation à 80k/h et des amendes qui tombent sur les gens modestes pour des broutilles, alors qu'il y a des comportements dangereux plus minoritaires mais beaucoup plus dangereux, comme ceux qui conduisent saoulent, sans permis, brulent les feux rouges etc.... Bref qu'on construise la France, qu'on agisse efficacement, qu'on ostracise les marchands de haine et et que l'on arrete de faire du vent et des polémiques minables!
Nageur a écrit le 4 mars 2019 à 6 h 41 min:
Liberté égalité fraternité... Ou est la iberté du choix de mourir dans la dignité en France... Ou est l égalité lorsque l imposition des revenus ne l est pas pour les "indemnités" des élus de la république...entre autre. IMPOTS POUR TOUS... oui! Tout le monde veut un service public au top mais fait tout pour ne pas payer d impôts...qui paye ??? L utilisation de l argent des impôts doit par contre être utilisé " en bon père de famille" et arrêt des gaspillages de la république pour un train de vie fastueux... Écologie Pourquoi les élus ont un chauffeur et ne prennent pas le métro ? Faites ce que je dis et pas ce que je fais... Comment produit on toute l électricité pour toutes les voitures électriques sans nucléaire ? Sachant que les batteries de ces véhicules sont tout sauf écologiques.. Merci de penser à tout cela. Alain
M a écrit le 2 mars 2019 à 20 h 57 min:
-prendre en compte le droit des francais de mourir dans la dignite,avec "aide" si besoin en statuant comme l'a fait la belqique et la suisse. Merci
Mc a écrit le 2 mars 2019 à 20 h 38 min:
J aimerais -que l on attribut d office la cmu et l acces a un repas/jour minimum au RU aux étudiants boursiers..car ils sont le "futur" de la France..et souvent n ont pas les moyens de se soigner,ni de se nourrir,et personne n en parle! -que l attribution du complètement d'aah ne soit pas tributaire du fait de percevoir l apl. Cette Mesure est completement discriminatoire envers les handicapés En effet,quel rapport entre le handicap et etre propriétaire ou non? L'on peut avoir travaille toute une vie,avoir dignement acquis un bien et se retrouver en situation de handicap par accident...ca peut arriver a tous -attribuer d office la cmu aux handicapés. En effet,des personnes valides beneficiaire du rsa beneficient de la cmu alors qu'un adulte en ahh touche "trop" de quelques euros et doit s acquitter d une mutuelle. Meme s il y a l'acs;ce systeme est complexe car afin d en beneficier,le dossier doit etre renouvele chaque annee;par ailleurs 30/40€ de mutuelle mensuelle ,c est beaucoup sur le budget d un allocataire d aah. -quant a nos aines propriétaires, ne pourrait on pas les exonerer totalement d impots fonciers 5 ans c est a dire a 70 ans ;et "totalement" afin qu ils puissent "souffler" un peu..car beaucoup sont des femmes seules..ou veuves. Merci.
Sophie Bandera a écrit le 2 mars 2019 à 19 h 21 min:
Pouvoir vivre dignement,avec de l'argent pour boucler les fins de mois.... que nos anciens puissent vivre de leurs retraites, plus aucun SDF dehors.... Le RIC, remettre en place l'ISF et la fin des privilèges pour ceux D'EN HAUT,revoir les dépenses de l'Élysée (vaisselle, moquette ect....) stop à la fraude fiscale........
YVES a écrit le 1 mars 2019 à 18 h 46 min:
Mr le Président: Merci pour les retraités. rétablissement indexation retraites sur l'inflation,suppression CSG,rétablissement ISF,assez de taxes la coupe est pleine,TVA à 5/100 pour tous les produits de 1ère nécéssité,frein sur le train de vie de l'état,meilleur emploi de nos impots,suppréssion des niches fiscales,taxation des plus values du 4/40,suppressions d'emplois dans les hopitaux
Annie Michelet Pratlong a écrit le 1 mars 2019 à 10 h 14 min:
honte d'avoir travaillé et de ne pas pouvoir vivre dignement, marre de voir les jeunes nos enfants travailler(lorsqu'ils ont du travail) et ne pas arriver à finir les fins de mois.Marre d'entendre que les chômeurs sont des fainéants alors qu'on ne veut pas remettre l’ISF. Marre de voir la façon honteuse dont on traite les réfugiés.Pour que les mots Liberté Egalité Fraternité ne soient pas simplement un slogan.Honte de voir la police mutiler nos enfants en toute impunité.Pour une école digne d'un pays les plus riches.l'accès aux soins pour tous, la sauvegarde de tous les services publics .En matière de politique migratoires: ouvrir davantage de voies légales d'accès au territoire européen et permettre un accès inconditionnel pour les personnes bloquées aux frontières extérieures En matière d'asile élargir les critères qui ouvrent droit au statut de réfugié pour prendre en compte les nouvelles causes d'exil mettre en place un système d'asile européen qui garantisse le plein respect de la convention de Genève un accueil digne dans tous les pays et le libre choix de destination pour les personnes en quête d'asile supprimer la catégorisation des titres de séjou en créant un titre unique autorisant à travailler, et abandonner la logique de l'immigration sélective pour favoriser un droit au séjour fondé sur le respect des droits fondamentaux supprimer toutes les formes d'enfermement spécifiques aux personnes étrangères défendre la solidarité comme valeur fondamentale: elle doit être encouragée par les responsables politiques et non criminalisée. Il serait temps que les élus fassent de la politique avec les valeurs écrites sur chaque mairie Liberté Egalité Fraternité vive les gilets jaunes qui ne sont pas des fachos ou de l'ultra gauche comme le gouvernement souhaite le faire croire.
ballesteros a écrit le 28 février 2019 à 19 h 46 min:
RELATION BAILLEURS CAF A MOURIR DE RIRE ! La CAF de Nîmes et les autres, nous appellent leurs PARTENAIRES, nous les bailleurs indépendants. Partenaire ????? NOUS NE POUVONS PLUS DU TOUT COMMUNIQUER AVEC LA CAF!!!!!!!!!!!!!Ils avaient un numéro pour les bailleurs de 9 h a 12 h UNIQUEMENT, mais SUPPRIME !!!!!!!!!!!!!!!!!! Il y avait un mail pour les bailleurs, mais SUPPRIME!!!!!!!!!!!!!!!!!! Et quant à bout d'argument, je fais un courrier papier, la réponse est parfois très longue à venir, voire INEXISTANTE!!! C'est JUSTE EPUISANT!
ballesteros a écrit le 28 février 2019 à 19 h 39 min:
Bonjour, Pourrait-on revoir les lois hyper protectrices pour certains locataires ? Pour l'avoir vécu, un locataire peut ne pas payer son loyer pendant des mois, voire des années, ne plus vous répondre d'aucune façon, et avoir le droit d'être maintenu dans le domicile. Vous, pendant ce temps, vos charges courent, et hormis d' intenter un procès incertain (car bien sur ils sont insolvables !!!)et couteux (très couteux alors que vous n'avez plus un sou !!!!, vous n'avez que vos yeux pour pleurer. Suite au non paiement de loyer de 4 de mes 8 locataires pendant plusieurs mois, ma société a failli déposer le bilan !!! EST CE NORMAL ???????????????????????
Julie a écrit le 28 février 2019 à 14 h 57 min:
Bonjour, L'une des grandes inégalités de notre société est le loisir de disposer de son temps. Pour les personnes à faible revenus, la priorité est donnée à l'emploi au maximum pour gagner ce qu'il faut pour nourrir sa famille. Pas de temps pour sa famille, pas de loisirs. Commencer le travail à 8 heures et aller récupérer ces enfants à la crèche à 18h30, pour vous donner un exemple (donc voir ses enfants 30min le matin et 1 heure le soir), ou cumuler plusieurs emplois. A côté de cela, d'autres personnes qui ont eu accès à un niveau de qualification supérieur (ou qui ont des ressources familiales) ont le choix soit de travailler autant et gagner beaucoup, soit de travailler à temps partiel et profiter de la vie. Cela est profondément injuste. La mise en place d'un salaire universel ou autre mesure équivalente semble être une solution indispensable pour permettre aux français qui courent après le temps, de respirer un peu. Merci.
a écrit le 28 février 2019 à 12 h 41 min:
FISCALITE: la différence entre le montant inf et sup d'une tranche d'impôt est trop importante. FRAUDE FISCALE ET SOCIALE:Plus de contrôle pour les mieux conseillés par des avocats. Regrouper toutes les aides en un seul versement systématique fait à partir de la déclaration de revenus où est notifié la situation familiale car beaucoup de personnes ne les demandent pas pendant que d'autres fraudent.. TRANSITION ECOLOGIQUE: pour le climat et création d'emplois. FORMATION PROFESSIONNELLE: une des solution au chômage. JUSTICE: réfléchir à d'autres peines que l'incarcération suivant les actes commis ce qui diminuerait aussi la surpopulation. VITESSE: maintenir 80km/H, on gagne 13 mètres au freinage,ce n'est pas négligeable !!! LE MILLE FEUILLE territoriale: quelques économies à faire. REVENUS UNIVERSEL: pour les étudiants qu'ils n'aient pas à faire de petits boulots pour payer leurs étude
hélène a écrit le 27 février 2019 à 10 h 41 min:
je souhaite que l antisionisme soit pénalisé je souhaite que le système des "grandes écoles" soit totalement aboli je souhaite que les sujets de concours soient mieux protégés pour éviter une reproduction des élites intellectuelles
gilles NAVAUD a écrit le 25 février 2019 à 18 h 08 min:
la réforme du pays est nécessaire. Pour la faire accepter par les français , le gouvernement doit montrer l'exemple , en engageant une réforme de l'état , des collectivités locales , et des institutions , comités , et agences étatiques : - 1)réformer les superstructures du pays: * gouvernement * parlement * institutions/agences * collectivités territoriales *...etc... - 2) faire un audit (par exemple sous le contrôle des cours des comptes nationales et régionales des missions et organisation des ministères et collectivités -3) à la lumière de ces informations , réformer les administrations pour les rendre plus efficaces et moins coûteuses - 4) on commence de suite , car ça va prendre 10 ans..... NB : pour la route.... , mettre le sénat ( plus beau "fromage" de la république) , et son président au "régime" (ça fera plaisir à son cardio.....)
YVES a écrit le 25 février 2019 à 14 h 10 min:
M.le Président, Merci de vous arrêter de vous en prendre aux retraités. Rétablissement de l'indexation des retraites, CSG avec effet de seuil et non déductible en partie , déductibilité de la mutuelle comme pour les actifs. Revoir les déremboursements de la sécurité sociales (notamment sur des traitements indispensables qui sont pourtant les seuls à éviter l'opération type arthrum ) qui diminuent notre pouvoir d'achat d'années en années avec les gouvernements qui se succèdent .Augmentation de l'AAH au niveau du SMIG et son maintien à la retraite. Limiter le tarif des maisons de retraites . Arrêter de penser à de nouveaux prélèvements, plus value résidence principale , impôt pour tous , alourdissements impôt sur les successions les plus taxées au monde. Réduire le nombre des députés et sénateurs, réduire le millefeuille territorial. Supprimer les avantages non justifiés et à vie des présidents , ministres , députés, sénateurs , hauts fonctionnaires... Une même retraite pour tous ,suppression des régimes spéciaux élus , Edf… et de leurs avantages indus. Suppression de la niche fiscale des journalistes non justifiée. Que l'argent donné (CICE) aux entreprises soit réservé aux PME et non pas aux entreprises qui pratiquent l'optimalisation fiscale et qui délocalisent leurs services. Un impôt Citoyen comme aux Etats Unis. Arrêter de mettre des TVA à 20% sur les médicaments déremboursés et si possible les passer à 15 % afin que notre adhésion mutuelle serve à quelque chose, nous n'utilisons pas les médicaments par plaisir. Merci d'avoir retenu votre attention
DENIS a écrit le 24 février 2019 à 20 h 20 min:
_ Réduire les dépenses de l'état: le changement de la vaisselle était elle utile ? _ Supprimer les privilèges des députés , sénateurs , ministres , présidents (ils doivent payer leur transport , logement ... Abolir leurs primes non imposables qui se rajoutent sur leurs généreux salaires . Interdire les primes "parachutes " de départ , il me semble qu'ils sont suffisamment rénumérés.]_ Supprimer le cumul des mandats . _Prendre en compte le vote blanc ._ Mettre en place des référendums communal ._Supprimer les niches fiscales. _ Baisser les charges patronales avec des conditions , cela permettrait de relancer l'emploi . Limiter dans le temps ou avec des conditions les aides sociales , la France est le seul pays à être si généreux , c'est un appel du pied à la paresse .
Marie a écrit le 24 février 2019 à 18 h 48 min:
Nationaliser eau gaz électricité SNCF qui seront des services publics et ne rémunèreront plus des actionnaires. fiscalité : l'impôts fonciers sur l'habitation principale sera calculé sur la base de l'impôt sur le revenu. les résidences secondaires, en compensation, seront plus fortement imposée car elles concernent des gens aisés. L'impôt sur le revenu sera payable par tous même symboliquement (exemple 50 € par an) pour que chacun participe à l'effort national. fraude fiscale et aux allocations: elles seront pourchassés systématiquement est activement pour faire payer les coupables. allocations familiales : jusqu'au troisième enfant inclus et plus rien pour les suivants les couples dont le revenu net à payer sera supérieur à 5000 € ne toucheront rien même pour trois enfants. ils n'ont pas faire assumer leur choix par les contribuables. chômage :durcir les conditions obligation d'accepter les postes offerts, 3 refus plus d'allocation. prison :la préventive sera réservée aux crimes de sang et au délit grave concernant les personnes. les condamnés à des peines de prison exécuteront intégralement leur condamnation même les plus légères. la perpétuité durera jusqu'au décès du condamné.les remises de peineet les permissions de sortie seront exceptionnelles. la population sera informée de l'installation d'un assassin ou d'un délinquant sexuel dans le quartier.
jean marie darlach a écrit le 23 février 2019 à 18 h 38 min:
cher president vous ne vous immaginiez pas du haut de votre pieddestal que la france etait dans cet etat mais surtout que les francaises et les francais avaient un cerveau et pouvaient penser differemment de vous car toutes ces doleances sont vraies et que les pensees d un seul homme ne feront pas le poids alors democratie ou dictature?
MoniqueC.Nimes a écrit le 21 février 2019 à 9 h 56 min:
Je souhaite en tout premier lieu une éducation dès le début d la scolarité c'est a dire: l'apprentissage du RESPECT de tout ce qui constitue la vie en société, RESPECT de l'autre de sa religion, de la personne, du genre, de leur nature homosexualité ou hétérosexualité, surtout que l'on apprenne a tous ces petits cerveaux le RESPECT en général, cela doit commencer très tôt et être répéter, rabacher, seriner.....peut être aurons nous moins d'individualité comme nous le connaissons a notre époque, bien sur il y aura toujours des individus qui échapperont aux règles mais l'éducation dès le départ dans la vie devrait être bénéfique a notre société. en ce qui concerne les troubles actuels, je pense que s'il existait dans les votes une part de proportionnelle certains courants seraient mieux représentés et se sentiraient donc moins frustrés ce qui peut être générerait moins de rancoeur et même de haine. avec tout ce que j'entends autour de moi,tous les reproches qui sont faits aux élus (je ne suis pas dans cette position) je pense qu'un geste symbolique sur certains privilèges (dont les anciens présidents) serait un signal fort,la plupart d'entre nous considère qu'il y a vraiment trop de privilèges et trop de dépenses : le luxe du Sénat, des collectivités pas toujours vigilantes avec l'argent des contribuables , nous connaissons tous des aberrations dans la dépense publique, il faut vraiment rassurer les Français car nous avons très souvent, trop souvent, l'impression que les dépenses ne sont pas toujours raisonnées et raisonnables. autre chose il me semble que chaque Français devrait contribuer à l'impôt sur le revenu, même si c'est très faible 5 ou 10€ mais que chacun sache qu'il contribue a la marche de l'état et a tous les avantages dont nous bénéficions en France, redonner le sentiment d'appartenir, de faire entièrement partie de notre nation. Autre voeux pieux, pourquoi ne pas créer, pour ces casseurs qui détruisent , une obligation de réparer, de travailler a la remise en état de ce qu'ils ont détruit, au lieu d'amendes qu'ils ne pourront pas payer ou de quelques jours de prison qui ne changeront rien,mettre en place des équipes qui entoureraient ces personnes, qui devraient remettre en état les vitrines cassées, le mobilier urbain, les dégradations en tout genre, peut être cela leur apprendrait-il le prix de l'effort, et le respect du travail des autres
a écrit le 20 février 2019 à 14 h 24 min:
Guiraud a écrit le 19 février 2019 à 22 h 15 min:
-1 indexer les pensions de retraite sur l'inflation pour que le niveau de vie des retraités ne diminue plus -2 révision complète du statut des députés,sénateurs, ministres et anciens présidents de la république, avec notamment l'abolition de leurs privilèges exorbitants, tels que véhicules de fonction, gratuité des transports,multiples indemnités de tout genre qui s'ajoutent pour donner des mensualités indécentes.... 3- limitation à deux mandats, consécutifs ou non, pour les maires, les députés et les sénateurs 4- rétablissement de l'ISF
a écrit le 19 février 2019 à 9 h 50 min:
Nationaliser l'énergie, l'eau, les transports On ne peut pas privatiser les profits et nationaliser les déficits. Relancer une politique d'investissement d'infrastructures publiques (routes, barrages, rails, hôpitaux et maison de santé, maisons de retraites, écoles, commissariat, maison de prévention, orphelinats...), d'investissements de personnels formés et dignement rémunérés (y compris personnels de loi, actions sociales...) Suppression des doublons administratifs (régions). Arrêter le nucléaire, aller vers des énergies propres et durables. Arrêter la surexploitation des forêts (d'ici et d'ailleurs), des sols (d'ici et d'ailleurs), des océans et plans d'eau. Mise en place d'une politique écologique avec arrêt des autorisations d'utilisations de pesticides, engrais... mise en place d'une agriculture nationale du type permaculture. Interdiction des élevages industriels intensifs et des monos cultures. Réalisation d'études et d'analyses par des laboratoires indépendants, nationaux, des : pesticides, engrais, prothèses, médicaments... Mettre en place des referendum d'initiative citoyenne avec actions exécutives si votées positivement Reconnaître le vote blanc. Faire payer un impôt sur le revenu à tous les citoyens. Mettre fonctionnaires et privés sous le coup des mêmes droits et loi : paye, chômage, sanctions, retraite, contrat de travail... avec quelques spécificités restreintes : protection du fonctionnaire car représente l'Etat, défense juridique par l'état pour les grandes responsabilités prises dans le cadre du travail,... Mettre en place un corum pour voter les lois : 80% des élus présents pour voter les textes. Temps de séance maximal au sénat ou à l'assemblée : 8h00, plus de travail de nuit. Représentativité obligatoire des différents secteurs dans les partis politiques, avec garantie d'équivalence de poids : des agriculteurs (petits et gros), entrepreneurs (auto, tpe, pme, grosse entreprise), ouvriers, techniciens, fonctionnaires... Arrêter la fuite des évasions fiscales des entreprises. Taxer les profits faits par les entreprises robotisées et par les gafa. Imposer au même taux les entreprises proportionnellement aux bénéfices. Arrêter le financement  et pénaliser les entreprises ne tenant pas leurs engagements (cice), dont les actions sont nuisibles pour l'environnement (faune et flore) Faire respecter la loi. Responsabilisation et transparence des actions et dépenses des hommes et femmes politiques (paiement sur justificatifs des frais, limitation des budgets...). Suppression des primes et autres avantages surnuméraires des présidents, députés et sénateurs (logements, primes de nuits, restaurant avec chefs limite étoilé, serveurs en livrés, porcelaine et staff d'intendance...) Suppression de la pension de retraite des anciens présidents, de leur chauffeur et voiture, de leur secrétaire. Suppression du budget systématiquement alloué au conjoint du chef de l'état. Suppression du droit de lobbying Deprofessionalisation de la fonction publique : limiter le nombre de mandats consécutifs au sein d'un même poste. Pour Nîmes, à quand un budget participatif ??? Qui permet aux habitants de proposer des projets ( installer des fontaines potables, plus de toilettes, planter des arbres fruitiers ou non...) et aussi de voter afin de réaliser ceux qui emportent le plus de voix ?
a écrit le 18 février 2019 à 10 h 47 min:
De Paul de Nîmes : 1) FISCALITE Constats: inégalité des citoyens devant l'impôt: seuls 42% des Français sont imposables et les seuls revenus du travail et du patrimoine sont taxables, ce qui dispense de contribution les bénéficiaires d'aides sociales!!! NECESSITE DE REMISE A PLAT DE LA FISCALITE FRANCAISE Tout citoyen doit CONTRIBUER aux dépenses publiques: mise en place d'une cotisation minimale à l'impôt sur le revenu (IR). Tout citoyen doit contribuer en proportion de ses POSSIBILITES et de ses REVENUS (ou substitut de revenu) : imposition à l'IR de tout revenu, y compris les AIDES SOCIALES. 2) AIDES SOCIALES Constats: multiplicité des aides sociales (Etat, Département, Région, Commune etc...). Fouillis indescriptible préjudiciable à la transparence et au contrôle de la redistribution. NECESSITE DE REMISE A PLAT DES AIDES SOCIALES POUR UNE MEILLEURE TRANSPARENCE ET UN MEILLEUR CONTROLE. Impôt sur le revenu: UN SEUL VERSEMENT par bénéficiaire, imposable à l'IR comme tout autre revenu. IDENTIFICATION CLAIRE des bénéficiaires pour éviter les détournements possibles. Création d'un fichier national et consultable par tout citoyen. RESERVATION DES AIDES SOCIALES aux seules personnes étant dans l'INCAPACITE de TRAVAILLER. - handicapés profonds - malades - enfants - personnes âgées. Le TRAVAIL doit rester la NORME dans notre société !!! CONTROLER LES BENEFICIAIRES. Toute aide sociale doit être accordée avec contrôle des conditions d'obtention et sans automaticité prolongée. ISF: Rétablissement de l'ISF mais avec une possibilité de déduction totale ou partielle sous condition d'investissements dans les entreprises (surtout les PME) : REMISE EN CAUSE des EXONERATIONS lorsque l'investissement réel dans les entreprises n'a pas été réalisé. CONTROLE OBLIGATOIRE des investissements a posteriori. FAVORISER l'investissement dans les PME exerçant sur le territoire français. 3) EDUCATION Constats : les mauvais classements internationaux de nos élèves consacrent la faillite de l'enseignement en France. NECESSITE DE FAIRE EVOLUER NOTRE SYSTEME EDUCATIF POUR L'AMELIORER. Enseignement primaire: généraliser le dédoublement des petites classes pour permettre à tout enfant d'apprendre à lire, écrire et compter. La Réforme de M. BLANQUER va sans le bon sens et doit être généralisée pour faire disparaître les inégalités de milieux sociaux. La cantine pourraît être accessible à tout enfant en âge scolaire en étant gratuite en remplacement des allocations familiales. Cela permettrait aux enfants uniques dont les parents ne perçoivent pas d'allocations de bénéficier de cet avantage. Le recours aux produits bio, les notions de diététique et la lutte contre le gaspillage prolongeraient l'éducation de nos enfants. Le port d'un uniforme financé par l'Etat renforcerait la cohésion des écoliers et leur sentiment d'appartenance à leur école. Cela aurait également pour effet de gommer les différences sociales et d'alléger la dépense des parents. Enseignement supérieur : L'enseignement supérieur doit être PAYANT et conditionné par le MERITE, cependant une large politique de BOURSES AU MERITE et de BOURSES VERSEES PAR LES PROFESSIONNELS ou LES COLLECTIVITES INTERESSEES par certains enseignements devrait mieux orienter les étudiants vers les filières qui recrutent et dont on a besoin en France. Par exemple : les étudiants en médecine pourraient s'engager contractuellement auprès de municipalités en manque de médecins et bénéficier en échange de bourses d'études. Le logement étudiant doit également être accessible. 4) RETRAITES Les retraites doivent être INDEXEES sur le coût de la vie, car aucune réforme des retraites ne sera possible sans cette mesure de justice sociale!!! N'oublions pas que les actifs d'aujourd'hui seront les retraités de demain!!! Un SEUL REGIME DE RETRAITE pour tout le monde paraît également INDISPENSABLE à mettre en oeuvre. Le système par CAPITALISATION doit représenter au moins les 2/3 de la retraite de chaque Français, en raison de l'évolution de la démographie française et du nombre d'actifs par rapport au nombre de retraités. La retraite de répartition ne doit plus être le seul système en vigueur, ce qui allégera d'autant la dépense publique. L'AGE de DEPART à la retraite doit être RETARDE pour tout le monde, les dernières années doivent être ADAPTEES pour permettre aux futurs retraités de DECELERER EN DOUCEUR, TOUT EN CONTINUANT DE COTISER. LES REGLES DE NON CUMUL (pour les Fonctionnaires, en particulier) , DOIVENT ETRE ABOLIES. Chacun doit pouvoir CHOISIR de POURSUIVRE SON ACTIVITE COMME IL LE SOUHAITE!!! Supprimons ces CARCANS qui CREENT DES DROITS ACQUIS CONTESTABLES et DES INTERDICTIONS PREJUDICIABLES A L'EGALITE DES FRANCAIS. TOUTE ACTIVITE SUPPLEMENTAIRE à la fonction principale des agents publics donnant lieu à REMUNERATION ou PRIMES doit être soumise à cotisation pour la retraite et incluse dans les retraites. Il FAUT INCITER et RECOMPENSER TOUT TRAVAIL COMPLEMENTAIRE, QUELQU'IL SOIT. LA NORME DOIT ETRE LE TRAVAIL PUBLIC OU PRIVE !!!!
Mohamed a écrit le 15 février 2019 à 2 h 22 min:
Aujourd'hui et c'est ce que je vie avec ma famille c'est l'abus de pouvoir des organismes pour mon cas la CPAM et la CAF. La CPAM car elle honore pas la loi concernant des personnes victimes d'accident de la circulation avec tiers responsable, au vue de sa survenance il a été reconnu comme accident de trajet. Aujourd'hui elle nous a mis dans une situation précaire. Depuis le 31/12/2018 le médecin conseil de cette administration public m'a consolidé et au lieu de respecté la loi et de me remettre dans une situation qui était la mienne avant cette accident, m'a tout simplement abandonner depuis cette date je n'ai plus de revenu si ce n'est une rente d'accident d'environ 101€/mois, j'ai une femme et une petite de 5ans1/2. Je ne peux plus travailler il a été reconnu une incidence professionnel et une perte d'élan vital. Je voudrais savoir si pour survivre je dois créer un fait divers qui sera responsable l'assurance du tiers responsable, la CPAM, ou le tribunal de grande instance qui à connaissance de cette affaire où le procureur de la république que j'ai saisie non pas une fois ni deux fois mais Xfois? Ensuite je voudrais savoir pourquoi quand nous citoyen lorsque une administration à qui on dois de l'argent et la je parle de pôle emploi obtient gain de cause alors que le temps d'agir devant une juridictions est dépassé, que les sommes demandées ne sont pas détaillé, que l'opposition à la contrainte est détruite délibérément par une juridictions par dessaisissement en renvoyant l'affaire à une autre juridictions sans délivrer d'ordonnance. Puis un huissier qui ne respecte pas les formalités et sans aucun jugement, ni titre exécutoire on lui donne le droit de saisie sur rémunération malgré le vice de forme, le vice de fond et cerise sur le gâteau alors que je n'étais pas inscrit au pôle emploi et heureusement que je travaillais à l'époque car pendant plusieurs mois ils ont tout pris sur les indemnités à verser en fin de mois, ils n'ont tout simplement jamais respecter ce que dit la législation sur le taux à appliquer pour la récupération d'un trop perçu lorsque une personne est inscrite. Donc la justice d'aujourd'hui laisse des privilèges à certain car comme c'est eux à qui la FRANCE a donné ce privilège d'appliquer et rendre justice selon les textes de lois en vigueur,ils s'estiment au dessus des lois et donc octroient des privilèges à ces organismes publics qui ne sont plus inquiéter. LIBERTÉ ÉGALITÉ où sont elles??? Ils nous restent à nous les citoyens du monde la FRATERNITÉ car c'est avec cela que les peuples ont gagnés les guerres. Il ne faut pas oublier ça.